2017-2018. Séminaire "Philosophie, arts et littérature"

Séminaire

"Philosophie, arts et littérature"

2017-2018

 

13 octobre 2017 à 14:30
Béatrice Bloch, "L’expérience sensorielle de la lecture"

Le titre "L’expérience sensorielle de la lecture" fait écho aux hyptohèses développées dans le dernier livre publié cette année par Béatrice Bloch, Une Lecture sensorielle : Le Récit poétique contemporain, Gracq, Simon, Kateb, Delaume (Rennes, PUR, 2017).

Béatrice Bloch est maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches à l’Université Bordeaux Montaigne, et membre de l’équipe de recherches TELEM (EA5195 Bordeaux-Montaigne). Ses travaux portent sur les rapports entre musique et littérature, sur les théories de la lecture et sur la littérature française contemporaine.Elle a notamment publié, outre le livre cité ci-dessus, Le Roman contemporain : Liberté et Plaisir du lecteur (Paris, L’Harmattan, 1998), ainsi que plusieurs ouvrages collectifs : avec Marc Marti (dir.), Les Cahiers de Narratologie, numéro 11, 2003, « Figures de la lecture et du lecteur », accessible en ligne http://narratologies.revues.org/43 ; avec Jean-François Massol et Gersende Plissonneau (dir.), Contextualiser et actualiser les œuvres littéraires au collège et au lycée, in Recherches et travaux n° 91, PUG, 2017, en ligne sur le site de revue.org à l’adresse suivante https://recherchestravaux.revues.org/922  ; avec Apostolos Lampropoulos et Pierre Garcia, Écritures picturales, écritures musicale de la littérature et des arts, Collection « Modernités », Presses Universitaires de Bordeaux, 2017.

Responsables :

  • Bruno Clément et
  • François Noudelmann

Adresse : Bibliothèque Paul Hazard, 1 rue Victor Cousin 75005 Accès par le 17, rue de la Sorbonne. Escalier C, 2è étage <img61|center>


Séance du vendredi 10 novembre, de 14:30 à 17:00

Bruno Clément — "Entre dire et vouloir dire : le grand écart".

"Je partirai d’une assertion de Bergson qui, dans un texte de 1911, prétend que l’intuition philosophique de Spinoza, seule importante à ses yeux, n’a que bien peu à voir avec ce qu’on peut lire dans L’Ethique. Sartre disait de son côté que les livres qu’il écrivait n’étaient pas - n’avaient jamais été - ceux qu’il aurait voulu écrire. Quant à Nietzsche, on le sait, il se piquait de psychologie, affirmant que cette disposition était nécessaire à un philosophe véritable, c’est-à-dire désireux de percer à jour l’intention réelle d’un auteur - toujours plus ou moins dissimulée sous la rigueur de ses énoncés.
Si l’existence d’un tel écart entre le texte et son intention était avérée, notre conception du texte philosophique en serait profondément transformée. La conséquence la plus notable à mes yeux serait la nécessité, désormais impossible à esquiver, d’un examen minutieux de la lettre des énoncés, de leur facture, du mode d’expression de leurs auteurs.
J’évoquerai à ce propos un des outils auquel ont eu recours les philosophes sceptiques de l’Antiquité, et qui est parvenu jusqu’à nous sous le nom d’hypotypose." — Bruno Clément

Adresse :

17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris

salle G 347 (entre l’amphi Cauchy et l’amphi Le Verrier), escalier F (départ galerie Richelieu) , 3e étage

Plus d’informations en cliquant ici.


 

Vendredi 15 décembre, de 14:30 à 17:00*

Raymond BELLOUR, s’entretiendra avec Bertrand MURCIER à propos de son dernier livre Dans la compagnie des œuvres - entretien avec Alice Leroy et Gabriel Bortzmeyer

<http://www.fabula.org/actualites/r-bellour-dans-la-compagnie-des-oeuvres_82544.php> (Rouge profond, 2017)

1ère de couverture - Dans la compagnie des œuvres

Raymond Bellour, qui fut chercheur au CNRS, est écrivain, critique et théoricien du cinéma. Il est le fondateur de la revue /Transept, /puis, avec Serge Daney, de la revue /Trafic./ Ses recherches et réflexions portent aussi bien sur le cinéma, que sur la littérature (il a dirigé l’édition des œuvres de Henri Michaux dans la Pléiade ; Il a commenté Alexandre Dumas, les sœurs Brontë, dont il a publié les écrits de jeunesse), ou sur les sciences humaines (il s’est entretenu avec Roland Barthes, avec Gilles Deleuze, avec Claude Lévi-Strauss, avec Michel Foucault).

Parmi ses livres sur le cinéma, plusieurs ont fait date et sont de véritables classiques : /l’Analyse du film/ (Albatros, 1979 ; rééd. Calmann-Lévy, 1995) ; /L’entre-Images 1 et 2 /(Editions de la Différence, 1992 et 2002) ; /Le Corps du cinéma, hypnoses, émotions, animalités/, P.O.L., 2009) ; /La Querelle des dispositifs. Cinéma - dispositions, installations/, P.O.L., 2012)

"/Arrive toujours à tel ou tel moment une ’image’ par laquelle on se trouve saisi - un plan, une configuration de plans, une figure, ou tout autre chose. Cette expérience, on peut soit l’oublier à la sortie du cinéma, soit tenter de l’éclairer. Pour moi elle détermine le désir d’écriture, c’est-à-dire le désir d’aller vers le film pour comprendre ce saisissement vécu durant la projection/", Raymond Bellour

 
Responsable :

Bruno clément & François Noudelmann (bpe.clement@gmail.com)

adresse : 17 rue de la Sorbonne, Bibliothèque Paul Hazard, esc. C, 2ème ét., 75005 Paris

Pour accéder à la bibliothèque Paul Hazard, vous devrez vous munir d’une invitation (à demander à Bruno Clément ) ainsi que d’une pièce d’identité*

 

Dernière mise à jour le 14/12/2017